Cyr.jpg

L'Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr

Son histoire et ses traditions

Teammates
JH391.jpg

L'Histoire de l'Ecole

L’École Spéciale Militaire de Saint-Cyr (ESM Saint-Cyr), plus souvent appelée simplement Saint-Cyr, est une école militaire française d’enseignement supérieur fondée en 1802 par Napoléon Ier, alors premier consul. Elle forme aujourd’hui des officiers de l’armée de terre et une partie des officiers de la gendarmerie.
Elle fait partie des Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan (ESCC), implantées dans la commune de Guer (Morbihan). Ses élèves et anciens élèves sont appelés « Saint-Cyriens » ou encore « Cyrards ». Elle a pour devise : « Ils s’instruisent pour vaincre ».
En tant que grande école militaire elle est placée sous la tutelle du ministère des Armées. Résolument orientée vers l’international, elle accueille dans chaque promotion une moyenne de 20 % d’élèves-officiers étrangers (surnommés les « crocos »). Elle bénéficie pour cela de nombreux accords d’échanges avec d’autres académies militaires comme l’Académie militaire de West Point (États-Unis), l’Institut militaire de Virginie (États-Unis) ou encore l’Académie royale militaire de Sandhurst (Royaume-Uni).
Saint-Cyr recrute aujourd’hui principalement sur concours des élèves issus des classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE Sciences, Lettres ou Économie) et une minorité d’élèves ayant un niveau master 2 sur concours également.

La Scolarité

Composée de 6 semestres, la scolarité des futurs officiers de l'Armée de Terre, entrent à Saint-Cyr après leur réussite au concours d'entrée suites à leurs années de classes préparatoires.
Les semestres 1 et 6 sont consacrés à la formation militaire des futurs lieutenants. Entre tir, formation opérationnelle, activités de cohésion, marches et vie en campagne, ces deux semestres sont intenses mais exaltants pour les élèves-officiers.
Les semestres 2, 3, 4 et 5 sont, eux, consacrés à la formation académique, cependant ponctués par des sessions de formations militaires. Regroupés par filières (ingénieur et sciences sociales), les élèves suivent des cours en commun et des cours de spécialité.
À l'issue des 3 années de formation, les officier-élèves entrent dans leurs écoles d'application pour apprendre les savoir-faire du chef de section dans leurs spécialités (infanterie, cavalerie, génie,...). Ensuite seulement, les élèves rejoignent leur régiment pour prendre le commandement de leur section.

photo terrain 2.jpg
110215456_1958573350940549_7403490295958485636_o_edited.jpg

Le Triomphe

Le Triomphe des Ecoles Militaires de Saint-Cyr Coëtquidan est une manifestation traditionnelle se déroulant chaque année fin juillet.
Plus gros évènement de l’Armée de Terre, le Triomphe clôt les cycles de scolarité des élèves en dernière année (ESM1, EMIA1 et EMCTA) et c’est enfin à cette occasion que les nouvelles promotions (ESM3 et EMIA2) reçoivent solennellement leur nom de baptême.

Le 2S

Le 2S est la fête traditionnelle saint-cyrienne. Elle marque l’anniversaire de la victoire d’Austerlitz, le 2 décembre 1805, première grande bataille où meurt les premiers officiers issus de la Spéciale. 
Petit rappel historique : le 2 décembre 1804, le Consul Bonaparte se sacre Empereur des Français et prend le titre de Napoléon Ier. Il rentre en guerre contre la Troisième Coalition (Royaume-Uni, Autriche, Russie, Suède, Royaume de Naples) fin août 1805. La Grande Armée, qui prend son nom à l’occasion, quitte alors Boulogne, traverse la France et fait capituler l’armée autrichienne à Ulm le 20 octobre. Le 2 décembre, il affronte l’armée russe et les réserves autrichiennes à Austerlitz. Après un chef-d’œuvre tactique, il écrase les coalisés, perdant 9.000 morts, blessés et disparus tandis que la Coalition perd 27.000 morts, blessés et disparus. La victoire est éclatante et l’armistice est signé le 6 décembre.
Cette bataille étant la première où meurt des officiers issus de l’Ecole Spéciale Militaire, les Saint-Cyriens, où qu’ils soient, célèbrent chaque année cet événement. À Coëtquidan, les élèves organisent chaque année une reconstitution plus ou moins fidèle de la bataille. Les cyrards utilisent également le mot « Austerlitz » pour créer un calendrier, chaque mois correspondant à une lettre. Ainsi le A est assigné au mois d’octobre, U au mois de novembre et donc S au mois de décembre. Pour que les 12 mois de l’année puissent être désignés, août et septembre sont désignés par les lettres Z’ et Z’’.

saint-cyr-et-le-soleil-d-austerlitz.jpg